Savoir se servir du lobbying


Si le lobbying correspond à un ensemble de mesures visant à faire connaître ses préoccupations ou permettant de se faire connaître, il n’est pas rare qu’il soit utilisé à bon escient pour modifier l’image d’une personne et d’un groupe et lui donner un poids supérieur, comme le propose APC.

L’exemple d’Apple

Face à la polémique connue en 2012, le groupe a dû faire face à des accusations concernant des emplois n’étant pas payés à la mesure du service, cette information aurait pu ternir la réputation du groupe mais grâce au travail de lobbying, son image s’est complètement transformée.

En effet, le lobbyiste a travaillé à modifier l’opinion sur son client en mettant en avant ses points positifs. C’est ainsi que le groupe a pu se présenter comme vecteur d’emplois aux Etats-Unis où il emploie 540 000 employés tous secteurs confondus.

Dès lors, il passe du statut d’entreprise douteuse à celui de véritable entreprise alliée contre les effets de la crise puisqu’elle continue à créer des postes malgré le contexte économique. Elle a donc réussi son opération de lobbying en redorant son image et sort victorieuse de ce dossier. On voit donc  tout l’intérêt du lobbying dans ces cas de figures où des remises en question ou des controverses apparaissent.

Un outil indispensable

Aujourd’hui, le lobbying est donc devenu indispensable aussi bien pour défendre un intérêt précis auprès d’un homme politique que pour se recomposer une image de leader dans son domaine avec en plus l’avantage de représenter une force en présence pour les pouvoirs publics. En effet, être un partenaire qui crée de l’emploi alors que le chômage  est en nette augmentation sera forcément bien vu par les pouvoirs publics.

La stratégie du lobbyiste est donc double puisqu’il va être capable de se créer une image auprès des médias et de l’opinion publique irréprochable mais se place également comme élément indispensable pour les pouvoirs publics. De ce fait, s’il évoque un intérêt personnel  auprès d’un politicien, il a toutes les chances d’être entendu et que sa requête soit acceptée.

De plus, en ce qui concerne Apple, l’entreprise a su gérer à la perfection le calendrier décisionnel puisqu’il a fait sa conférence de presse juste avant les élections américaines afin de se placer comme l’allié que le futur chef d’état pourra se faire pour pouvoir gérer les intérêts du pays également comme le vaste problème de l’emploi. Dans ce dossier, on peut alors observer que le travail de lobbying a été parfaitement orchestré.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *