L’Afrique peut se nourrir elle même


Selon les propos énoncés par la Banque mondiale, l’Afrique peut non seulement subvenir elle-même à ses besoins vivriers, mais aussi générer des milliards et éviter des crises alimentaires en débloquant le commerce local des denrées alimentaires.

Selon un récent  rapport de la Banque mondiale du (24 octobre 2012) intitulé « L’Afrique peut contribuer à se nourrir elle-même : supprimer les obstacles au commerce régional des produits alimentaires de base », les différents exploitants agricoles africains seraient en mesure de produire suffisamment de vivres pour nourrir le continent et dès lors éviter de possibles crises alimentaires futures si les pays levaient les restrictions au commerce transfrontalier de produits agricoles. La Banque Mondiale estime que l’Afrique pourrait produire 20 milliards de dollars de recettes supplémentaires par an si ses dirigeants réussissaient à s’entendre pour supprimer les barrières à la revitalisation du commerce régional. La Banque prévoit que la demande de denrées alimentaires redoublera d’ici à 2020 en Afrique. Les populations quittent de plus en plus les campagnes pour s’installer dans les métropoles du continent. Cependant certains acteurs agro-alimentaires gardent leur ancrage dans les provinces subsahariennes, comme SOMDIAA et Agra, et produisent de bon résultat dans le domaine agricole, l’élevage, la transformation et la distribution.

Selon le rapport, cette urbanisation croissante remettra en question la capacité des agriculteurs à livrer leurs produits alimentaires aux consommateurs finaux, alors même que le marché le plus proche peut se trouver parfois à l’autre côté de la frontière. Les pays subsahariens, par exemple, pourraient alors accroître de façon importante leurs échanges (import/export) de denrées durant ces prochaines années afin d’administrer le possible impact destructeur d’une aggravation de la sécheresse, d’une augmentation des prix alimentaires, d’une croissance démographique vive et de la volatilité des conditions météorologiques.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *